Us et abus des objets amérindiens : Discours, pratiques de collection et réseaux de connaissances entre l’Europe et l’Amérique latine (XIX-XXème siècles)

 

 

Horaire et location:
Vendredi, 31 mars 2023
9h30 – 18h00
Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (Salle 005)

Organisation:
Andrés Castro Roldán (Université Rennes 2),
Daniel García (Universidad Jorge Tadeo Lozano

Aujourd’hui, la réflexion sur les objets issus de la culture matérielle des peuples autochtones de l’Amérique (précolombiens ou pas) s’appuie sur la notion de patrimoine, dont la généalogie remonte aux débuts de la modernité, à l’historicisme, le romantisme et le positivisme du XIXème siècle. Son institutionnalisation apparaît avec l’émergence de l’UNESCO à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Son jalon le plus marquant est le célèbre discours prononcé par André Malraux le 8 mars 1960 dans sa campagne internationale pour la sauvegarde des monuments de Nubie. L’étude historique des formes d’appropriation de ces objets et de l’émergence de leur utilité publique depuis le XIXème siècle mérite réflexion. Il est nécessaire d’interroger, à partir de leur lieu d’énonciation et de leurs régimes d’historicité spécifiques, des notions comme trésor, antiquités, monuments ou vestiges que l’on doit mettre en relation avec des pratiques telles que la collection ethnographique, l’archéologie, la guaquería, la collection privée, la circulation internationale et le trafic de pièces précolombiennes. Bien que certaines de ces pratiques aient changé au fil du temps et que d’autres aient été réévaluées, certaines continuent d’imprégner le présent et sont la clé pour comprendre la construction du passé préhispanique à partir du musée comme institution et des sciences sociales.

Cette journée d’étude portera sur les stratégies et les pratiques de connaissance par lesquelles la culture matérielle des peuples indigènes a été transformée en patrimoine archéologique, culturel et artistique des nations latino-américaines et européennes entre le XIXème et le XXème siècles. Bien que ces artefacts aient attiré l’attention de certains acteurs des sociétés européennes dès la fin du XVème siècle, lorsque des collections ont commencé à être constituées pour enrichir plus tard les cabinets de curiosités, ce n’est qu’avec l’apparition des musées, de l’ethnographie et de l’archéologie en tant qu’institutions et sciences sociales modernes − surgies dans le contexte du colonialisme européen et du colonialisme interne latino-américain du XIXème siècle − que cet héritage matériel a acquis une place représentative en Occident. Cela a coïncidé avec le processus d’invention de l’imaginaire national qui a eu lieu après les Indépendances; les nouvelles républiques latino-américaines ont alors instrumentalisé les vestiges du passé indigène de leurs territoires pour créer un passé symbolique et mythique détaché de l’héritage colonial espagnol. Enfin, la destruction et la reconstruction de l’espace plastique de l’art moderne ont remis en question les canons esthétiques qui avaient prévalu depuis la Renaissance et ont permis de valoriser les objets indigènes américains en tant que manifestations artistiques. Ces processus ont été accomplis de diverses manières qui doivent être examinées dans leur spécificité. Dans cette journée d’étude, nous chercherons à réfléchir à ces questions à partir de différentes approches, lieux et contextes.



Cite this blog post
ckieffer (2023, March 27). Us et abus des objets amérindiens : Discours, pratiques de collection et réseaux de connaissances entre l’Europe et l’Amérique latine (XIX-XXème siècles). Transregional Latin America Network. Retrieved February 29, 2024, from https://doi.org/10.58079/t9sw

You may also like...

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search